· 

Rapport Financier 2017

Cette année, contrairement à l’année 2016, notre résultat d’exploitation est positif, mais attention, c’est un peu un trompe-l’œil, puisqu’il est dû à l’arrivée d’un don exceptionnel, sous forme d’une assurance-vie après un décès. Un grand merci au généreux donateur décédé.

Nous n’avons pas tout à fait tenu notre budget de dépenses courantes, 39 684€ pour 38 155€ inscrits au budget. Les postes en dépassement sont les affranchissements, le ménage en raison du grand ménage de cet été, les charges de copropriété au presbytère ainsi que le chauffage et l’électricité.

Pour la contribution EPUF, je rappelle que ce qui s’appelle Cible régionale est ce que nous versons chaque année à la Région, à la fois pour les salaires des pasteurs et pour la solidarité indispensable entre les paroisses. Pour les charges exceptionnelles, la prestation services est ce que nous avons avancé pour le déplacement à Protestants en fête et cette somme est intégralement compensée en recettes. Les travaux représentent la moitié de la facture d’étanchéité du toit du Figuier et nous avons également commencé à payer l’emprunt et ses intérêts pour la réfection du toit de l’immeuble où se trouve le presbytère. Pour rappel, il s’agit d’un emprunt de 12 000€ sur 5 ans.

Du côté des recettes, nous constatons que les offrandes nominatives diminuent très légèrement par rapport à 2016, soit 49 015€ contre 50 885€. Nous sommes passés de 142 donateurs à 130. Un chiffre intéressant, la moyenne des dons nominatifs : notre chiffre médian est de 377€ par donateur. Le chiffre médian régional se situe entre 400 et 450€. Les collectes des cultes sont très proches de ce que nous avions inscrit au budget, nous n’avions sur cette ligne l’an dernier que 7 903€. Nous avions calculé l’an dernier que, si chaque paroissien présent au culte donnait 5€ au lieu de 3,50 € comme en 2016, nous arriverions à 10 800€. Nous y sommes quasiment pour la même moyenne de paroissiens présents, soit 45 personnes par dimanche. Mais ne relâchons surtout pas nos efforts. De même, les collectes des cérémonies sont proches du budget estimé, mais malheureusement cela signifie souvent qu’il y a des décès, et les décès sont souvent ceux de donateurs.

Le chiffre important de frais d’utilisation du temple recouvre plusieurs éléments : la location mensuelle à la communauté coréenne, la location du studio, la location du temple et du Figuier pour des concerts et associations boulonnaises, ainsi que la refacturation à l’Entraide de l’électricité et de la ligne Internet. Je souligne enfin la rentrée exceptionnelle de 15 690€ qui a été une belle bouffée d’oxygène.

Pour le budget 2018, deux éléments sont à prendre en compte : le résultat associatif, soit la somme positive issue du résultat d’exploitation. Le Conseil presbytéral propose de garder cette somme en réserve pour des travaux qui seront sans doute à engager au Presbytère, compte tenu du départ annoncé de Béatrice. Au bout de 10 ans, il est certain qu’il faut refaire quelques peintures, voire quelques aménagements de plomberie. Par ailleurs, le budget prévisionnel est résolument optimiste. Nous nous sommes efforcés de diminuer les charges, même si certaines sont incontournables et d’augmenter les recettes. Nous comptons sur vous tous pour réaliser ce budget prévisionnel. L’effort doit être collectif, nous pouvons y arriver avec l’aide de Dieu.

Nous nous devons d’expliquer inlassablement aux fidèles et surtout aux nouveaux arrivés dans notre paroisse le sens de l’offrande et celui du don nominatif. Même dans une paroisse dynamique, tous n’ont pas saisi que si la grâce est gratuite, l’église, elle, a un coût.

 

Pour le Conseil Presbytéral

La trésorière Christiane Guillard